lundi 17 juillet 2017

Review : S.W.E.A.T. by Raymonde Howard

Raymonde Howard – S.W.E.A.T.
(We Are Unique / Specific)

(French article written by Thomas Walgraffe, English version soon to come!)

Le 4ème album de Raymonde Howard nous est arrivé en pleine face, une bonne gifle bien cinglante et inattendue... Mais c'est parce qu'on a tendu l'autre joue... en fait, plus les albums passent, plus on en redemande. Depuis le 1er album, self-titled, handmade, sorti sous le micro label Angry Ballerina (on y reviendra), en septembre 2006, on est addict à ce blues tendu, minimal, ces boucles obsédantes, ces textes tantôt drôles, tantôt émouvants, mais toujours engagés. Car il est là, le parti-pris de Laetitia Fournier, l'engagement. Total, sans équivoque et sans compromis.
Signée sur deux labels que nous affectionnons particulièrement, à savoir We Are Unique Records (Angil, Le Flegmatic, ichliebelove...) et Specific Recordings (Culture Rejects), Raymonde Howard nous propose avec S.W.E.A.T une épopée-flash, un mini-manifeste du punk DIY, mais surtout, elle confirme ce que beaucoup d'entre nous savaient déjà (pour les autres, vous le saurez dorénavant) : Laetitia Fournier est une figure majeure du rock français. 

Yeah! J'ai la collec'!

Si vous en doutez encore, plongez dans cet album sans attendre! Le message est clair avec Release the Evil qui ouvre l'opus : ça va piquer, mais tu vas en redemander! Sous des airs faussement pop, Raymonde Howard assène le premier titre dans un rythme effréné, zig-zague entre l'enfer et le paradis, et pose les principes de son art, le rock brut et loopé. On pense un peu à The Naked Line qui ouvrait son 2ème album For All The Bruises, Black Eyes and Peas et qui avait aussi ce rôle directeur, et une fois les présentations faites, on est comme à la maison, et Raymonde devient ta BFF.
S'enchaînent alors une dizaine de titres tous aussi riches les uns que les autres. Car si la musique de Laetitia est minimaliste, elle n'en est pas pour autant simpliste. Penekini Kill prête à rire, car Raymonde Howard a bien raison, le penekini est le point de non-retour de la mode et ses excès! Et par la même occasion, Laetitia nous rappelle dans un riff bien agressif qu'elle est la descendante directe de Bikini Kill et réduit les attributs masculins chers au rock'n'roll à un ridicule bout de tissu... pour ne pas dire à néant. Angry Ballerina (clippé par Franck Gimenez) mélange deux champs sémantiques a priori contradictoires, la danse classique et la guerre. Mais ce n'est qu'un a priori, la ballerine est en colère, et prête à en découdre, le poing américain sous son gant de soie... C'est exactement ce que le projet solo de Laetitia est depuis le début, et ce n'est pas un hasard si, pour sortir son premier album sur Cdr, elle a créé le micro-label du même nom... La loop est bouclée!
Avec No Waves, No Bricks, No Walls, No Pass-Arounds, on accélère encore un peu plus, et Raymonde Howard nous embarque pour une virée nocturne en bagnole, et celle-ci s'emballe, et c'est sans détour qu'on arrive à destination, non sans égratignures...
Le jour se lève ensuite, comme une renaissance, avec Crumbs of the Awakening et la voix cristalline de Laetitia. Voilà une autre facette de l'artiste, cet art subtil de l'harmonie, cet arpeggio à peine saturé, et le chant très précis qui se complètent à merveille, nous entrainant dans une sorte de comptine, une ritournelle infinie, comme le cycle du papillon, éphémère mais éternel... Si ici les insectes possèdent des armes, dans Terrortits c'est l'artiste qui EST l'arme, et on pense forcément aux Pussy Riot ou à FEMEN, et le morceau devient alors un emblème du féminisme, mais pas uniquement, c'est plus largement un hymne au combat pour la liberté, quel que soit notre genre, quelles que soient nos croyances. Ce n'est pas par hasard que ce titre se place au centre de l'album...
Ebony Submarine est un titre fort mystérieux, où il est question de brume, de rendez-vous avec des fantômes, de labyrinthe... et le tempo assez lent impose une atmosphère moite, marécageuse et sombre, et le superbe violon de Jean-Christophe Lacroix ajoute une dimension onirique à ce trip au but incertain. Le violoniste intervient sur ce titre ainsi que sur Terrortits et ce sont les seuls arrangements présents sur l'album, ce qui tranche évidemment avec la production beaucoup plus enrichie du précédent album Le Lit.
Harsh Love, récemment mis en image par Jean-Antoine Raveyre, met en parallèle l'idée de voyage et celle de l'expérience de l'amour, cet itinéraire côte-à-côte, les errements à deux, ces moments si diffciles, si douloureux mais qui sont incontournables et indispensables à l'accomplissement du couple. Il s'agit du titre le plus long (2:47!) de l'album, le plus pop en quelque sorte, avec ce petit côté "love song" qui pourrait sembler très conventionnel sans ce "I do love you when it hurts me so hard" à double-tranchant... Raymonde Howard sait très bien s'approprier les codes et les biaiser juste assez pour nous faire douter...
Staring at the Moon fait partie de ces chansons "raymondehowardesques" typiques de son style si particulier. On pense à The Sculptress par exemple. Une petite rengaine aigüe, sautillante, puis un riff plus rock qui intervient sans prendre de pincettes, et nous voilà cueillis!
La fin (déjà?) de l'album est marquée par deux titres très différents l'un de l'autre : Hands Shine With Stains est sombre et sérieux, tandis que Punktuality est léger, comme une blague lancée à la fin d'une conversation grave pour détendre l'atmosphère. Hands Shine With Stains fait mal, est sale et nous hante, avec ce riff de 2 notes très inspiré métal (oui, oui!), et ce texte scandé et chanté, à la limite de l'incantation satanique! Un pur bijou du rock, sans hésitation!
Puis vient la blague, le clown qui sort de la boîte, le texte en français un peu salace, mais juste ce qu'il faut, et la preuve que Laetitia Fournier ne se prend pas au sérieux, en tout cas, qu'elle sait prendre la distance nécessaire à tout artiste qui se respecte! Attention, Punktuality n'en reste pas moins un très bon morceau, disco-punk, entêtant à souhait, et ce n'est d'ailleurs pas la 1ère fois que Laetitia propose ce genre de titre, non? Punktuality est un pied de nez au même titre que l'est Great Minds Are Alike, qu'elle a longtemps eu pour habitude de jouer en fin de concert... Pour mémoire, le sample de base est la voix de Laetitia qui chantonne "fuck you" et le "thank you" final de l'artiste se mélange avec une injonction bien plus dérangeante... ou excitante, selon les goûts.

S.W.E.A.T. est une pure merveille donc, un album multi-facettes, qui témoigne de l'engagement total de Laetitia dans ce projet qui a déjà plus de 10 ans! Car oui, Laetitia Fournier est une bosseuse, qui ne laisse rien au hasard : chaque note compte, chaque mot est pesé, les artworks sont réfléchis (les jambes, le torse, le visage...), et le tout donne une discographie riche et innovante, majeure et inspirante. Reste un mystère... que peut bien signifier cet acronyme, S.W.E.A.T. ?

Ah! Au fait, allez faire un tour sur le bandcamp We Are The 28th, vous y trouverez des versions démos de la plupart des titres de l'album, mais aussi des dizaines de morceaux d'artistes différents comme L'Homme Debout, Le Flegmatic, ThOmas.W, Dimanche Cafard, Robert Zaza, Pasca, Face de Loutre...

Morceaux choisis :
"Chemicals in Need" (First album)


"Stay with me" (For All The Bruises, Black Eyes and Peas)


"Of Flesh and Bonds" (Le Lit)


"Harsh Love" (S.W.E.A.T.)


BONUS! Angil  and The Hiddentracks feat. Raymonde Howard "Lipograms"


dimanche 17 février 2013

a new song by ThOmas.W... "sing the words"

Hey friends!
Here's a video of ThOmas.W performing a slow version of a brand new track entitled "sing the words"... Enjoy!

jeudi 19 juillet 2012

the to.w years : 11 tracks from 1999 to 2005

ThOmas.W's going to release a compilation of oldies recorded between 1999 and 2005, when he used to work under the name of "to.w". The tracks come from his various EPs and albums released during this period, and will try to illustrate the evolution of ThOmas.W's music throughout the years, and thus, give us a further understanding to his actual work. Here's the artwork, raw and violent :
Tracklist :
1 . Can't you love me twice?
2 . Incorrect Flower
3 . Oppression
4 . Is he self-sufficient?
5 . Upcountry
6 . Lies
7 . Revenge
8 . The Bed
9 . A Story (live w/ .kbfrau)
10 . Eleven Months (for A.)
11 . Sick Love 

These songs are taken from 6 albums, released as CD-Rs between 1999 and 2005 ("Cheap Elektro / The Moving Boy" ; "A Matter-of-Fact Conversation" ; "A Story" ; "Inescapable Awareness of Imminent Personal Chaos" ; " Morbid Visions of the Bathroom Boys" and "How to Contain Violence"). However, the live recording of  "a story" had never been released before : it's an improvisation recorded during a gig in Nancy, in 2003, with spoken words by .kbfrau.

"the to.w years" will be available on myhand.thanx records at the end of August.

dimanche 22 janvier 2012

"Dancing Troubles Away" by ThOmas.W coming soon on mh.t records!!!

ThOmas.w is announcing the release a brand new EP entitled "Dancing Troubles Away" on our netlabel! 5 new tracks, recorded DIYly of course, that you will be able to listen to either as 5 separate tracks or as one 27-minute track.
tracklisting :
1. Come
2. Rise
3. Stupid
4. Dare
5. Peace
This EP will be released early February 2012.





samedi 1 octobre 2011

"Refuse" a brand new track by Hangin Freud!

Here is "Refuse" a great new song by Hangin Freud! "Sunken" (mh.t004), released in 2010, was a great album, and everyone is eagerly waiting for the next one... which is going to be called "Motherland"!
It will be released soon, be patient, folks!

Listen to "Refuse" HERE

Enjoy!!!

jeudi 5 mai 2011

mardi 1 mars 2011

myhand.interview : Laetitia Deneux a.k.a. Tiny Concept

Hey! Here is one of the most American solo artist from France! Tiny Concept, who released an EP last summer on mh.t records, has accepted to answer our foolish questions on art and freedom!

1. If you had to choose only one song from yours, what would it be?


"something is coming your way"


2. If you had to choose only one instrument, what would it be? La voix.
Voice.

3. Hey! Why don't you record the song you've just chosen with this instrument?!

Eh, bien, pourquoi pas? C'est une idée intéressante. En fait, depuis environ un an, je pense déjà a faire un morceau juste a la voix, en enregistrant des boucles de mélodies faites à la voix, pour ensuite chanter par dessus. Mais c'est une chose que je n'ai toujours pas faite, peut-être à cause aussi du fait que pour moi, la voix est l'instrument le plus intime et personnel qui puisse exister. Donc pour moi, qui suis une personne assez pudique, faire une chanson qu'avec sa propre voix, est un concentré pur d'intimité, qui n'est pas évident à savoir donner, et faire! Je veux dire également par là, que c'est un travail vis-à-vis de sa timidité qu'il faut aussi accomplir pour pouvoir arriver a faire cela. ( personnellement, il m'a fallu des années et un certain travail sur moi pour pouvoir chanter devant des gens.. ) Bref, finalement, cette question est peut-être le signe qu'il est temps que je fasse ce morceau..


Well, why not? It is quite an interesting idea. In fact, for a year, I have been thinking to make a song with vocals only. By looping some melodies made with the voice, for then singing over. But it is a thing that I still haven't made, also perhaps because for me, the voice is the most intimate and personal instrument which can exist. So for me, who is a kind of bashful person, to make a song with my own voice is pure intimacy, which is not obvious to know how to give, and do! I want to also say by that, a work on timidity is necessary to be able to do that. (personally, I needed years and a certain work on myself to be able to sing in front of people.. ) Anyway, finally this question can be the sign that is time for me to make this song..

4. What's your definition of DIY music?

Ma définition de la musique 'do it yourself' est tout d'abord une capacité à un peu tout faire soi-même. Etre un peu tout à la fois. Savoir être à la fois batteur, chanteur, guitariste, bassiste... dans un one man band comme dans un groupe, comme ces groupes où l'on peut voir le batteur se mettre à la basse et le chanteur à la batterie au cours d'un concert. Mais au delà de ça, c'est également savoir être son propre tourneur, diffuseur, producteur... car aujourd'hui il y a tellement d'artistes ( musicaux ou autres) qu'il il est devenu difficile de se trouver une place comme tel, et il me semble que le 'do it yourself' s'est imposé par lui-même. Il est devenu comme une sorte de nécessité. De plus, il semble que la DIY musique est une chose relativement contemporaine, dans le sens où aujourd'hui nous disposons de moyens de communication qui n'existaient pas il y a encore 20ans. Du coup, avec l'arrivée de myspace, facebook, flickr, et autres trucs internet et j'en passe, il est aujourd'hui beaucoup plus facile d'être notre propre tourneur, diffuseur et autres.. grâce tout simplement à l'internet.
Enfin, l'idée du 'do it yourself' que ce soit dans la musique ou dans l'art en général, est de savoir mélanger différents mediums. Pour en revenir à la musique, c'est savoir aussi être dessinateur, poête, plasticien.. en rapport avec sa propre musique. ( prenons l'exemple de Kim Gordon qui a dessine des pochettes d'album pour sonic youth..) Finalement, ma définition de la DIY musique est à la fois savoir être indépendant et 'pluriel'.

My definition of the DIY music is first of all, this capacity to do everything by yourself. To be all at the same time. It's to be able to be at the same time drummer, singer, guitarist, bass player… in one man band or in a band, like these bands where the drummer suddenly plays the bass and the singer plays the drums during a show. But above that, it's also to be your own promoter,roadie, producer… because today there are so many artists (musical or not) it becomes hard to find a place as an artist, and it seems to me that the ' do it yourself' imposed by itself. It became like a necessity. Moreover, it seems that the DIY music is a relatively contemporary thing, in the direction we have an ability of communication which did not exist 20 years ago. With myspace, facebook, flickr, and others internet stuffs, today is much easier to be your own promoter, producer or whatever... simply thanks to the internet. Finally, the idea of 'do it yourself',in music or in arts in general , is to know how mix various mediums. To talking back about the music, is to know also how to be a drawer, poet, fine artist.. in relationship with our own music. (let's take for instance Kim Gordon who has drawn some covers for the sonic youth albums.) Finally, my definition of the DIY music is to know how to be independent and 'plural'.




5. If your music was a shape, what would it be?

Un rond.
Round.

6. Pick a photograph that would fit in with your music and tell us more about it


J'ai récemment découvert une tres belle série de photos faites par Lewis Hine sur le travail des enfants aux Etats-Unis de 1900 a 1920. j'ai choisi tout particulierement cette photo pour l'intensité qu'elle dégage. Cette photo a été prise en 1908, dans l'Indiana. Cet adolescent qui a déjà vécu une réalité absolument terrible, a pourtant cette sorte d'étincelle, de force dans son regard. Il est sale, dépouillé, mais malgré cela, il semble avoir cette détermination, comme pour dire:" peu importe, je continuerai, et me battrai coûte que coûte." J'aime cette photo pour la résistance, la force, la liberté aussi, que cet enfant exprime.

I recently discovered a beautiful series of photographs made by Lewis Hine on child labor in the United States from 1900 until 1920. I picked this photograph for its intensity . This photo was taken in 1908, in Indiana. This teenager who already lived an absolute harsh reality, still has this spark, this incredible strength in his glance. he's dirty, his clothes are ripped off, but despite of that, he seems to have this determination, as if he was saying: " it does not matter, I will continue, and will fight whatever the price." I like this photograph for the resistance, the strength, the freedom also, this child is expressing.



7. What's your vision of live music?

Pour moi la musique en live est une formidable catharsis. Cela permet de pouvoir exprimer et expulser des choses que d'ordinaire, nous ne voulons ou ne pouvons pas exprimer. Des choses que l'on refoule. Faire de la musique live permet de se retrouver dans un certain état de trance et d'ivresse à la fois. Lorsque nous jouons face à un public, en live donc, nous pouvons arriver à un stade où le monde extérieur n'existe plus, nous sommes alors complètement absorbé par la musique. Rajoutez à cela le stress et l'effort de concentration que demande de faire un concert. De plus, c'est l'effort que l'on doit faire d'aller au-delà de soi-même afin de donner quelque chose à un public, qui pour moi, contribue à cette merveilleuse sensation d'ivresse que l'on peut ressentir. Faire du live, c'est un peu comme se bourrer la gueule finalement. C'est faire tomber des barrières, mais en nettement mieux!

For me, live music is a great catharsis. That makes it possible to be able to express and expel things that normally, we don't want or cannot express. Things that we repress. To make live music makes it possible to be in a certain state of trance and euphoria at the same time. When we play in front of a crowd, we can reach a point where the outside world disappears, then, we are totally absorbed by the music. Add to that the stress and the concentration effort which requests to make a concert. Moreover, it is the effort to go over ourselves and then, give something to people which for me, also create this euphoric feeling. To do live music, it can be similar as to be drunk in the end. It's to make our barriers fall, but in so much better way!

8. What are your current / future art projects?

Pour le moment, je travaille sur l'enregistrement d'une 'session' demandée par "Dandelion Radio". Une radio internet anglaise qui m'a découverte via .. 'myhand.thanx'! ( merci, ma main! ah!ah!ah! mon dieu, que je suis spirituelle!!.. :o) Donc, je travaille en ce moment a l'enregistrement de mes nouveaux morceaux en vue de cette demande. Sinon, car actuellement basée aux Etats-Unis, je vais faire une tournée avec Sean McCardle sur la côte ouest des Etats-Unis en février ( sean mcardle est un one man band de californie faisant du country folk avec lequel j'ai joué à Washington D.C en septembre dernier..) je compte retourner en europe vers fin mars 2011, et essayer de jouer en France, et j'espère, grâce a Dandelion Radio, pouvoir tourner en Grande Bretagne. je croise les doigts!


For the moment, I am working on recording a session asked by " Dandelion Radio". "Dandelion radio" is an English internet radio who's discovered me through ' myhand.thanx'! ( thank you, my hand! ah! ah! ah! man! I am so spiritual!! :o) So now, I'm working on recording my new songs for this request. Otherwise, because I'm currently living in the United States, I will make a tour with Sean McCardle on the west coast of the United States in February (Sean McCardle is a one man band of California making country folk with whom I played in Washington D.C last September.) I will come back to Europe at the end of March 2011, and try to do some shows in France, and hopefully, thanks to Dandelion Radio, find also some shows in the United Kingdom. crossing fingers!


9. Are you a free artist?

Oui.
yes.



10. What's your vision of freedom?

Ma vision de la liberté se rapproche en premier lieu à cet adage populaire:" La liberté de chacun s'arrête où celle du voisin commence". La liberté pour moi, n'est pas l'idée de faire "tout ce que l'on veut, quand on veut, avec qui on veut et puis on s'en fout!" Ma vision de la liberté est loin de l'idée d'une liberté toute puissante, un peu enfantine et terriblement égoïste. Concernant la musique, l'art ou même la vie en général, et d'après mes expériences personnelles, la liberté est très chère. Pour moi, la liberté c'est être capable de sortir des carcans. Dans la musique, c'est être capable de composer sa propre musique sans que nul n'intervienne ou vous dise comment composer votre musique en vue d'éventuels contracts juteux, par exemple. C'est savoir sortir d'une norme généralisée. C'est aussi apprendre à être moins opportuniste, j'imagine. La liberté, je pense est aussi un combat, car c'est un combat et un vrai travail que de vivre autant que l'on peut en tant qu'artiste. Cela veut dire renoncer à des tas de choses matérielles, par exemple. Et évidemment, comme je l'ai dit plus haut, faire la musique que l'on veut, c'est souvent choisir d'être pauvre ( en référence aux 'éventuels contracts juteux'... :o) Etre libre dans sa musique ou dans son art, c'est savoir s'armer de patience aussi. La liberté est pour moi une chose difficile à apprivoiser, mais réellement vitale. C'est savoir renoncer à certaines choses pour en accepter d'autres. Et puis peut-être que finalement, la liberté c'est juste une manière de croquer la vie à pleine dents, c'est peut-être tout simplement savoir être soi-même ( allez!!! Nietzsche en force!!!) Et peut-être que la liberté, c'est que vous arrêtiez de lire mes conneries!! :o)


My vision of freedom approaches initially to this popular expression: " The freedom of each ones stops where the freedom of the neighbor starts". The freedom for me, is not this idea :" I do what I want, when I want, with who I want, and I don't fucking care!" My vision of freedom is far from this idea of a powerful freedom, which is a little childish and terribly selfish. About music, art or life in general, and because of my personal experiences, I think freedom is very expensive. For me, freedom is to be able to get out the yokes. In music, it is to be able to compose your own music without anyone trying to control it, or someone saying to you how to do your music for eventual juicy contracts, for instance. It's to know how to be out of a certain global norm. It's also to learn how to be less opportunist, I guess. Freedom is also a fight, because, it is a fight and a real work to live as much as we want as an artist. That means to give up on such things, like material things for example. And obviously, like I said previously,to do the music you really like, it's often to choose to be poor (refers to the ' juicy contracts'... :o) To be free in music or in art in general, is to learn how to be patient too. Freedom is for me a difficult thing to tame, but I really can't live without. It's to know how to give up on certain things to accept some others. And maybe, at the end, freedom is just a way to fully enjoy life, it's maybe try to be ourselves ( here we go!!! Nietzsche on the place!!!) And maybe, freedom is you stop reading my bullshits! :o)